Antton Negeluak sortürik - 2014

1528.Tardets.marché

Catégorie : Licharre Publication : mardi 23 janvier 2018

 

Le marché de Tardets

 

La fin de l'article concernant la création de la bastide de Tardets, rédigé par Robert Elissondo et publié par Ikherzaleak (https://ikerzaleak.files.wordpress.com/2016/06/bastides-et-villeneuves.pdf) se termine ainsi : « L'historien basque Jean de Jaurgain note dans son ouvrage La Vasconie:«le samedi après la saint Michel de 1299, s'intitulant par la grâce de Dieu vicomte de Soule, il accorda des privilèges au bourg de Villeneuve-lez-Tardets qu'il venait de fonder». Le document cité est pour l'instant perdu, mais au vu du contexte et de la carrière d'Auger, cette référence est tout à fait digne de confiance.

 

A la toute fin du XIIIe siècle, les rois de France et d'Angleterre sont en conflit. Le vicomte qui avait conclu la paix et obtenu divers territoires d'Edouard 1er d'Angleterre en échange de la cession du château de Mauléon, prend le parti du roi de France et tente de récupérer la Soule. Les concessions de privilèges et la création d'une communauté nouvelle sont pour lui un moyen d'obtenir des revenus et des appuis sûrs. Villeneuve les Tardets est créée à côté de la communauté de Sorholus, non loin du château de Tardets qui appartient au principal soutien du roi d'Angleterre en Soule et donc à son principal ennemi. C'est donc un moyen de l'affaiblir. Comme beaucoup d'autres bastides et villes neuves Tardets aurait donc été créée dans un contexte de tension entre pouvoirs seigneuriaux dans une zone,frontière. »

 

Le vicomte Mauléon créant une ville neuve au voisinage de « son principal ennemi » laisse perplexe. En effet, placé devant la mairie actuelle de Tardets, face au ruisseau séparant Tardets de Sorholus, je vois à gauche l'église, au-dessus les vestiges du château de Luxe et la route principale qui vient de Mauléon, dans le dos la route qui mène à Alçay et Ahusquy. A droite la route principale continuait vers Larrau et la Navarre, avec les relations économiques importantes. De ce quartier montait aussi la route vers Sustarry, La Madeleine et la route (à l'époque) menant à Montory. C'est sur ce croisement de routes qu'a été établi le marché-bastide de Tardets, avec convention d'installation des commerçants étrangers, règlements de fonctionnement du marché, surveillance de prix et police par les hommes du château. C'est la date de 1299 avancée par Jaurgain qui ouvre la voie aux dissenssions entre le vicomte de Mauléon et Luxe. En 1250 ou 1350, les relations entre les deux seigneurs étaient certainement différentes. D'ailleurs, le seigneur de Luxe n'avait-il pas la capacité de négocier la création de la bastide-marché sans passer par le vicomte ?

 

En 1528, le roi François Ier décide « créer, ériger et établir, » un marché tous les quinze jours à Tardets et il éxige aux « Séneschal des Lannes ou à son lieutenant capitaine et gouverneur de s'unir et à tous nos autres justiciers etc » ; le gouverneur de la Soule est donc mis à contribution. En 1523 le château de Luxe avait été démoli par les troupes de François Ier et d'Albret parce qu'il avait participé activement à la conquête de la Navarre par Ferdinand roi d'Aragon et Isabelle reine de Castille. Charles de Luxe était banni du royaume de France et la ville de Tardets devait se trouver bien désorganisée.

 

En attendant la découverte de la charte de fondation du marché-bastide, les mots « créer, ériger et établir, » de la décision de Francois Ier situent sa création en 1528 sous la responsabilité du vicomte de Soule, nonobstant la confusion apportée, sans preuves, par Jean de Jaurgain avec l'année 1299.